Comment être sûr de la rentabilité de son investissement locatif ?

Envisagez-vous de réaliser un investissement locatif ? Alors, vous devez étudier minutieusement votre projet, car il nécessite un budget important. Il faut notamment prendre le temps de déterminer sa rentabilité. Pour ce faire, plusieurs paramètres doivent être pris en compte. Redécouvrez dans les lignes qui vont suivre quelques-uns d’entre eux.

La rentabilité brute et nette

La rentabilité brute et la rentabilité nette sont les deux premiers éléments à prendre en compte. Le premier permet d’estimer le revenu que le loyer rapporte par rapport au prix d’acquisition du bien. Variant entre 7 à 2 %, il s’exprime sur une base annuelle. La formule à appliquer est simple : [Loyer mensuel x 12 mois)/prix d’acquisition] x100. Sachez toutefois que le chiffre en question ne comprend pas encore les charges locatives et la fiscalité. Avant d’acheter un bien immobilier donc, prenez le temps de vous focaliser sur les charges de la copropriété. Ces dernières peuvent devenir rapidement importantes en cas de gros projet : mise en place d’un ascenseur, ravalement de façade…

Si la rentabilité brute ne sert qu’à comparer les propositions entre elles, la rentabilité nette, elle, permet d’avoir plus de détails sur la faisabilité de l’investissement. Plusieurs paramètres entrent en jeu lors de sa détermination. Parmi la longue liste, on peut citer les garanties de prêts, la taxe foncière, l’entretien et la gestion du logement et les charges de syndic. Il ne faut pas non plus oublier les possibilités d’existence de vacances locatives. Dans un modèle financier pour un investissement locatif, la formule pour calculer la rentabilité nette est la suivante : [(Loyer mensuel x 12 mois – taxe foncière – charges non récupérables – frais de gestion)/prix d’acquisition] x100

Le tri et le cash-flow

Également appelé rentabilité des fonds propres, le TRI ou Taux de Rendement Interne est aussi un indicateur très important. Et pour cause, il considère l’évolution de la rentabilité d’un placement avec le temps. Il prend en compte tous les flux de trésorerie susceptibles de se produire tout au long de l’investissement. Pour le déterminer, il faut essayer de prévoir l’évolution du marché dans le temps.

Enfin, il y a le cash flow qui désigne la trésorerie engendrée par l’activité de l’investisseur. C’est un excellent indicateur qui permet d’appréhender la pérennité et la solvabilité du logement jusqu’à sa mise en vente. S’il est négatif, cela signifie que vous allez devoir faire des efforts d’épargne afin de financer votre investissement. En revanche, vous allez pouvoir faire de l’argent avec votre placement si le cash flow est positif.

Un outil qui peut vous aider

Vous êtes sûrement d’accord pour dire que calculer la rentabilité d’un investissement locatif n’est pas vraiment facile. Afin de vous faciliter la tâche, vous pouvez vous aider d’un simulateur de rentabilité sur internet. Cet outil, généralement gratuit, se caractérise surtout par sa facilité d’utilisation. Sa manipulation ne requiert pas des connaissances avancées en informatique. Vous devez seulement renseigner quelques informations sur votre investissement, et c’est l’outil qui se charge du reste.

À titre d’information, le simulateur de rentabilité peut vous fournir des renseignements plus pertinents vous permettant de mieux déterminer votre stratégie locative. Il est, par exemple, à même de vous indiquer le moment propice pour revendre ou encore le régime fiscal adapté à votre placement.

Bref, ne négligez pas le calcul de la rentabilité de votre projet avant d’investir. Pour cela, prenez en compte les éléments susmentionnés. Si vous n’êtes pas capable de faire le calcul à la main, n’hésitez pas à vous aider d’un simulateur en ligne. L’objectif principal est non seulement de se protéger contre les mauvais placements, mais aussi de mieux gérer un bon investissement pour l’améliorer encore plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.