Les grands cabinets de courtage dans le sillage des assurtech

La conversion vers le digital touche pratiquement toutes les branches professionnelles, y compris l’assurance. Les cabinets de courtage s’y sont mis à leur tour. L’adoption de cette technologie nécessite toutefois un important investissement, ce qui ne constitue manifestement pas un empêchement pour ces cabinets qui envisagent même de surpasser les assurtech.

Un renouveau dans le système d’information

SPB s’est mis à la digitalisation de son système d’information en abandonnant ses outils de gestion conventionnels. Comme il s’agit d’un élément clé contribuant à l’optimisation des flux financiers, cette solution s’est imposée comme la plus avenue pour les dirigeants du cabinet. Cette conversion n’a eu lieu qu’après trois essais valides. Certes, cette opération peut être anodine pour les plus expérimentés dans le domaine du courtage, mais elle requiert des compétences particulières ainsi qu’un investissement assez lourd. La transformation du système d’information (SI) coûte au moins 15 millions d’euros par an chez Henner, contre 17 millions d’euros pour Verlingue et ses filiales.

Une opération préalablement organisée

La transformation digitale est menée de façon dynamique au sein des cabinets de courtage, comme c’est le cas chez les apporteurs d’affaires, les assureurs et même les clients. Étant donné que les courtiers doivent obligatoirement posséder un bon relationnel dans le cadre de leurs activités, ils placent donc la qualité de leurs prestations, ainsi que l’exploitation de la data, au cœur de leurs préoccupations. À cette fin, ils sont obligés, en quelque sorte, d’opter pour la conversion vers le digital. Cette dernière se divise en trois étapes : l’ouverture des SI aux clients et partenaires, l’exploitation de la data et l’optimisation des compétences.

La digitalisation peut éventuellement se tester à travers des exemples qui se sont illustrés sur le marché comme c’est le cas avec le groupe Henner. Depuis la mi-2018, ce dernier a commencé à lancer son plan de conversion en mettant au cœur de son opération la digitalisation du parcours client ainsi que la promotion du self care. En réalité, le groupe estime que chacun de ses clients doit bénéficier d’une certaine autonomie, d’où ces enjeux stratégiques qui composent son programme de transformation.

Une amélioration de la productivité

Productivité

La productivité et l’efficacité d’une entreprise reposent sur sa rapidité à traiter les demandes. De ce fait, il convient de réduire certaines opérations dans le cadre de la mise en œuvre d’une offre commerciale. Pour ce faire, les courtiers se réfèrent souvent à la concurrence. Henner et Verlingue se sont lancés dans cette course contre les assurtech en réduisant considérablement le temps d’élaboration de leurs plans de migration. Bien évidemment, les plus rapides l’emportent et s’affirment de plus en plus sur le marché. Les techniques de production sont alors modifiées et améliorées, de façon à ce que la clientèle se sente aussi concernée par cette transformation.

En réalité, les acteurs conçoivent et mettent en œuvre leurs plans en se référant aux outils adéquats imaginés et demandés par les clients. De cette façon, ils osent davantage et sont capables de créer et de développer des projets peu communs, voire risqués. C’est de cette manière qu’Immo Access, une offre proposée par Verlingue, a vu le jour pour couvrir les immeubles dédiés aux syndics de copropriété. Par ailleurs, l’organisation des courtiers en assurance doit être améliorée, de façon à accélérer la concrétisation d’un projet et favoriser l’enchaînement des autres par la suite.

Les systèmes d’information peuvent être totalement ou partiellement modifiés en fonction des objectifs à atteindre et des ressources déployées. Dans tous les cas, il ne tient qu’aux acteurs en courtage d’y investir de leur temps et de leur argent pour mieux développer leurs activités et simplifier la conversion. Il va de soi que le rythme s’accélère une fois que la transformation digitale a pris place. Chaque branche de l’entreprise doit donc s’adapter en fonction.

Images : welcometothejungle.co ; iscpa-ecoles.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *