Archives de l'auteur : MrCourtier

Artémis courtage est un acteur majeur en termes de financement de projet pour entreprises ou particuliers. Dans le souci de conformer ses offres avec les nécessités du secteur entrepreneurial, le groupe étend son activité en créant sa filiale de la gestion privée. Et cela pour assister les particuliers ou les investisseurs à mieux gérer leurs titres, actifs financiers ou patrimoniaux.

Une filiale de gestion privée lancée par le groupe Artémis

Artémis octroie des crédits pour financer les particuliers ou professionnels en entreprise dans leurs activités. Auparavant, la société octroyait des crédits axés sur l’immobilier, les financements spécifiques, le regroupement de crédit et la garantie de l’emprunteur. Désormais, Artémis lance sa filiale dédiée à la gestion privée pour répondre aux besoins des consommateurs recherchant un tel service. Cette stratégie est d’autant plus efficace pour lui permettre de se démarquer de ses concurrents dans le même secteur.

À propos de la gestion privée, les entrepreneurs choisissent de confier à Artemis l’organisation de leurs patrimoines (pour les faire fructifier ou les céder). À part cela, la société conseille et accompagne également ses clients dans leur recherche d’alternative pour mieux organiser leur actif patrimonial.

Outre la gestion privée, les services suivants sont aussi proposés par le groupe :

  • Assurance-vie ;
  • Solutions personnalisées en matière de crédit immobilier ;
  • Épargne-retraite ;
  • Exonération fiscale et prévoyance.

Artémis courtage

Les avantages de confier la gestion privée à Artémis

L’investissement immobilier est une acquisition importante qui nécessite de recourir à l’expertise d’un courtier. À cet effet, Artémis accompagne les particuliers dans leurs projets de rachat ou de refinancement immobilier pour assurer leur rentabilité financière.

Ce suivi des clients ne prend fin qu’à l’aboutissement de leurs demandes de prêt et l’agence veille à dénouer toute problématique susceptible d’être rencontrée au cours de la démarche. C’est pourquoi recourir à l’expertise d’Artémis courtage est profitable. Elle est même recommandée par les professionnels du crédit à partir de l’accomplissement de formalités administratives ou commerciales.

En outre, les crédits proposés par Artémis conviennent à un particulier ou à un professionnel en quête d’investissement principal ou secondaire. L’équipe de l’agence guide le client dans la mise en place de leur dossier de financement pour acquérir un fonds de commerce, un crédit BFR ou LBO ou des titres.

Pourquoi est-il indispensable de faire appel au service d’Artémis courtage ? Parce que chaque offre dans le secteur immobilier doit être évaluée par un expert selon le régime fiscal de la localité de l’immeuble. Et l’expertise de l’agence profite aux investisseurs locaux souscrivant à un crédit immobilier, car cela leur permet d’avoir un taux rentable et un montage financier avantageux.

Il est possible de consolider ou de restructurer le financement d’un ancien contrat suivant le taux appliqué sur le marché immobilier avec Artémis. L’agence évalue le projet de chaque client qu’il soit dicté par une baisse de revenu ou simplement par l’envie de monter de nouveaux projets. De même, leur accompagnement est idéal pour l’investisseur voulant négocier le rachat des immeubles dans les meilleures conditions. D’ailleurs, la parfaite connaissance du marché immobilier place Artémis courtage dans une bonne position vis-à-vis de ses concurrents en tant que courtier et conseiller.

Artemis courtage : une solution de financement modernisée

L’enseigne célèbre pour cette année 2020 ses dix ans de création. Conscient de la variété des profils d’emprunteurs, Artémis propose des financements variés en fonction de ses types de clients. Alors, pour concrétiser cette célébration, le groupe lance son identité visuelle modernisée avec une stratégie digitale innovante. Actuellement, Artémis courtage assure sa présence en ligne en développant son réseau dans les grandes villes françaises. Et cela, en collaborant avec la société Ludax Courtage permettant à son réseau de s’étendre jusqu’à atteindre les Hauts de France.

Illustrations : pagesjaunes.fr ; licdn.com

La programmation révolutionne le monde du travail, quel que soit le domaine d’activité de l’entreprise. C’est d’elle que sont nées les API ou Application Programming Interface. Ces outils de travail sont notamment utilisés en vue d’optimiser les systèmes d’information d’une plateforme en vue de favoriser la communication entre les différentes branches d’une entreprise et avec les partenaires externes. Il s’agit d’une véritable révolution de l’open insurance axée sur l’optimisation de la relation client.

API, une véritable innovation dans le domaine de l’assurance

API se définit comme une interface de programmation permettant de brancher une application à une autre ou à un système d’information. Grâce à cette innovation, l’entreprise peut coordonner sans mal toutes ses opérations, qu’il s’agisse de la gestion des GPS, de la relation client ou encore de la comptabilité. En bref, l’ensemble de ses prestations est lié grâce à cette application. Cette dernière a déjà fait parler d’elle ces dernières années. La Parisienne Assurances a lancé sa plateforme d’insurance a service ou IaaS en 2018. La plupart de ses produits et services sont proposés sous forme d’API, de façon à ce que ses partenaires puissent en profiter en seulement une dizaine de jours. Le temps de la signature d’une collaboration et du lancement de l’API est considérablement réduit, permettant ainsi d’accélérer la mise en place de la stratégie d’APIsation. Étant donné que les besoins en assurance évoluent, la mise en marché d’un tel système permet aux non-spécialistes de commercialiser de nouveaux besoins. De cette façon, le champ d’activité de la compagnie s’étend considérablement puisque les partenariats se sont développés. Les secteurs de la distribution d’assurance, du commerce et de l’économie collaborative sont manifestement intéressés par les API.

On recense également de grandes compagnies parmi les plateformes qui optent pour cette solution innovante de coordination du travail. C’est par exemple le cas d’Allianz qui a ouvert un portail API pour séduire davantage de partenaires comme les courtiers et les agents généraux. Axa s’y est aussi mise en lançant sa première plateforme IaaS en 2018 à Singapour. Axa Affiliates a offert la possibilité à ses partenaires de commercialiser ses services en utilisant leur propre application et leurs sites web. Quant à la Maif, elle a délégué la transformation vers l’APIsation de ses offres à sa filiale Altima.

Assurances

Des acteurs qui émergent de partout

L’APIsation ne présente pas que des avantages pour les assureurs puisque la concurrence commence à s’endurcir. En effet, même les start-ups de la fintech et de l’assurtech s’y mettent. On retrouve par exemple Luko et Alan parmi les nouveaux acteurs du secteur. Ils ont intégré ce domaine en proposant des services standards, simples et efficaces. Les partenaires aussi se sont mis à marcher sur la platebande des compagnies d’assurances comme c’est le cas de BlablaCar. Ses 65 millions d’utilisateurs ont indéniablement contribué à son développement. Les entreprises qui ont adopté l’APIsation prennent davantage de place sur le marché de l’assurance. Il en résulte que les acteurs principaux, c’est-à-dire les assurances, risquent de perdre de leur importance. La création de SAS peut s’avérer nécessaire afin de brancher les API à leur système d’information. D’importants coûts de développement sont toutefois à prévoir.

Qu’en sera-t-il des services IT ?

La commercialisation des API va bon train. Dans ces « boutiques d’API », les assureurs disposent de 80 assurtechs au choix sur le marché. Guidewire leur propose d’ailleurs d’ouvrir davantage l’accessibilité à leurs services via l’API de sa plateforme. Il va sans dire que la conception de cette technologie a permis de donner naissance à plusieurs partenariats entre les assurances et les entreprises. Cette application a originairement pour but d’assembler les solutions favorables au développement de chaque plateforme. Toutefois, les services IT risquent de disparaître à cause de cette technologie. De ce fait, l’APIsation ne joue manifestement qu’en faveur des assurtechs, et non des compagnies d’assurance.

Images : testdevlab.com ; 1min30.com

Le géant pétrolier Total s’est partiellement prononcé sur la question du maintien ou non de son dividende, mais à voir l’allure des choses, il s’avère fort probable qu’elle conserve cette rémunération. Ses actionnaires en souffriraient un tout petit peu si ce dividende venait à être maintenu. D’un autre côté, Total a clairement annoncé qu’elle n’aura pas besoin de l’aide de l’État pour rester leader sur son marché en ces temps de crise économique liée au COVID 19. Le but de cet article est de vous fournir plus d’explications sur le sujet. Restez surtout accroché !

Le titre du groupe pétrolier réalise un saut spectaculaire, le dividende Total à la hausse

Tout a commencé le 30 mars dernier, date à laquelle Total a connu un boom boursier que certains qualifiaient de magique et qui tournait à son avantage. Son action a augmenté de plus de 6 % d’un seul saut au sein d’un marché qui tendait vers l’équilibre. Pendant ce temps, le prix du pétrole a baissé de façon spectaculaire de plus de 10 %. Ainsi, après les analyses, la montée du titre de cette enseigne ne peut venir que d’une seule et unique source. En effet, ce 30 mars Total a défait son dividende trimestriel d’un montant de 0,68 euro qu’il a placé en paiement le 1er avril dernier. Ce geste même s’il paraît anodin à première vue a lancé un rappel aux investisseurs, comme quoi le pétrolier ne prévoit en aucun cas toucher à son coupon de suite. Le prochain et tout dernier versement du groupe aura bel et bien lieu en juillet prochain. (Pour rappel : le détachement se fera le 29 juin prochain et grimpera à 0,68 euro par action avec un rendement net fixé à 2 %).

Le dividende Total sera pris en compte et fixez à 2,72 euros si tout va bien

Jusqu’à ce jour, aucune décision n’a été prise et officiellement annoncée en ce qui concerne la suite. Le cours du pétrole s’est certes effondré avec l’arrivée du COVID 19, mais bien avant cela, les experts s’attendaient déjà à une hausse du coupon de l’ordre de 5 à 6 % l’an. Cela correspond à un dividende de 2,80 euros en 2020 contre 2,58 euros l’année précédente. Si l’on s’en tenait à ces chiffres, le coupon trimestriel qui sera versé dans la période de septembre à octobre pourrait monter à 0,70 euro. Avec la crise actuelle et tout le débat qui tourne autour de la crise pétrolière, il est fort probable que la société Total ferme les yeux sur cette hausse et maintienne l’acompte à 0,68 euro, soit un dividende de 2,72 euros en 2020. Cette décision n’arrangera guère les actionnaires du groupe surtout parce qu’à ce stade, il s’avère quasi impossible de réduire ou encore de suspendre le dividende Total. D’ailleurs, les tout derniers communiqués de presse du groupe le révèlent très clairement et sans ambiguïté.

Total pourra subsister sans l’aide financière de l’État, le dividende Total assuré

Le COVID 19 a provoqué la dégradation de bon nombre de marchés mondiaux, notamment le marché financier. En ce qui le concerne, le groupe Total dirigé par Patrick Pouyanné à travers ses dernières annonces a choisi de mettre en œuvre deux mesures stratégiques majeures pour y faire face efficacement :

  • les économies de coûts ;
  • la réduction des investissements.

Autrement, le groupe a décidé de réduire ses dépenses et de maintenir son dividende à son niveau. Déjà, dès le début du mois d’avril, il a offert un don de 50 millions d’euros de coupons d’essence en direction des Ehpad et des établissements hospitaliers pour les aider à gérer la crise sanitaire. Les fonds qu’il a à sa disposition lui permettent d’affronter les difficultés économiques engendrées par le COVID-19. Pour cette raison, il ne compte absolument contracter de prêts bancaires garantis auprès de l’État ni employer le dispositif de chômage partiel ni recourir au paiement des charges sociales. Et enfin, pour attirer des investisseurs, il compte offrir un rendement de 8 % sur le cours actuel de l’action Total.

Dans un projet d’achat de bien immobilier, la première inquiétude du particulier est de dénicher le financement le plus profitable : un taux très bas et un endettement à court terme. Pour bénéficier des meilleures conditions de prêt, bien souvent, le particulier a recours aux services d'un courtier. Frais, déroulement de la négociation, démarches à suivre..., cet article passe au crible le rôle de ce professionnel du crédit immobilier.

Le courtier immobilier en quelques mots

En théorie, le courtier investigue auprès de plusieurs banques afin que son client bénéficie du taux de prêt immobilier le plus avantageux et de modalités bancaires intéressantes. Il négocie avec le ou les organismes de crédit à la place de l'emprunteur.

Ici, l’offre de prêt doit être adaptée au profil de ce dernier (âge, profession, revenu, apport personnel, etc.) et du projet immobilier. Il peut s’agir de :

  • Un investissement locatif,
  • Un rachat de crédit,
  • L’achat d’une résidence principale ou d’une résidence secondaire.

Le courtier est en réalité une professionnel immobilier servant d’intermédiaire entre son client et son réseau de partenaires bancaires. Quel que ce soit le type de projet immobilier visé, le courtier aide l’emprunteur à économiser sur le coût du crédit.

Quels rôles joue le courtier immobilier ?

Un taux d’emprunt au plus bas incite bien souvent un particulier à investir dans l’acquisition d’une maison. Aujourd’hui, en France, de plus en plus d’emprunteurs font appel aux services de ce professionnel, soit un tiers des Français, pour contracter leur crédit. Cette tendance s’explique par les nombreux avantages, tant les emprunteurs que les banques peuvent tirer.

L’un des rôles du courtier immobilier est d’obtenir le meilleur taux de crédit à son client. Grâce aux nouveaux clients qu’il va probablement apporter aux organismes financiers, il est en mesure de négocier et faire jouer la concurrence. En fonction du profil de l’emprunteur, le courtier sait exactement quel établissement bancaire saura répondre aux attentes de son client.

Un autre rôle de ce professionnel consiste à traiter, en vue d’un accord, le taux de l’assurance emprunteur. Celle-ci sert à sécuriser le remboursement du prêt bancaire effectué. D’ailleurs, certains professionnels sont experts en courtage d’assurance de prêt.

Le courtier est enfin qualifié pour négocier le montant des frais de dossier, supprimer les pénalités lors de remboursement anticipé du prêt immobilier.

immobilier courtier

Les avantages de passer par un courtier

On a souvent tendance à se passer d'un courtier immobilier lorsqu'on souscrit à un crédit à l'habitat. Or, le recours au service de ce professionnel n'est que bénéfique :

Un gain de temps considérable

Faire le tour des potentiels organismes prêteurs n’est pas forcément facile pour un actif, qui manque d’expérience, d’outils et surtout du temps nécessaire pour procéder à une sélection pertinente. Le courtier sait instantanément l’offre correspondant aux mieux au projet immobilier de son client.

Le courtier ne coûte « rien » en général

Le courtier immobilier est rémunéré via une commission versée par la banque auprès de laquelle l’emprunteur a souscrit un prêt. Ici, le taux s’élève généralement à 1 % du montant total emprunté. Cela signifie que pour des services traditionnels, comme une mise en contact entre l’organisme et le client, l’emprunteur ne débourse généralement rien. Néanmoins, il existe des exceptions. Il arrive que des honoraires soient réclamés par ce professionnel, notamment pour monter un dossier financier complexe, suivre la bonne tenue du remboursement, etc.

Profiter de meilleures conditions

Même avec des taux d’emprunt extrêmement bas, recourir au savoir-faire du courtier immobilier augmente les chances d’obtenir un prêt à d’excellentes conditions. Grâce au courtier, l’emprunteur obtient des réductions notables ou bénéficie d’un taux de 1,10 % environ (réservé habituellement aux « bons » clients).

Renégocier un rachat de crédit

Passer par un courtier immobilier est intéressant en cas de projet de renégociation d’un prêt existant. À la demande de l’emprunteur, le courtier peut trouver le meilleur taux dans un autre organisme. Le but est de simplifier le processus de rachat de crédit ou négocier un taux réduit auprès de la banque du particulier emprunteur.

Images : ledauphine.com ; christinegauthier.com

Le télétravail des traders est actuellement le seul moyen pour les entreprises de gestion boursière de rester productives même en période de confinement. Si tous les éléments sont regroupés pour que l’employé puisse réaliser ses missions, la condition concernant les heures de disponibilités est source de grandes interrogations. Le fait de devoir rester chez soi, sans la possibilité de sortir à cause du confinement, pousse parfois les responsables d’entreprises à vouloir que ses subordonnées soient disponibles à tout moment. Une mise au point à ce sujet est de ce fait essentielle.

La déconnexion est un droit pour les employés en télétravail

Nombreux sont les salariés qui culpabilisent à l’idée de se déconnecter de leurs appareils professionnels lorsqu’ils travaillent à distance. Les notifications d’informations et les rapports vidéo incessants peuvent en effet les faire oublier que les heures de travail même à domicile sont limitées. De plus, le fait de rester chez soi peut sous-entendre une plus grande liberté pour les employeurs. Ce qui aboutit à un monde du travail difficile à cerner.

Ainsi, passer au statut absent peut être source d’auto-reproche vis-à-vis de son patron. Et pourtant, la loi du travail édité en 2016 a mis en exergue une règle concernant la possibilité pour les agents en télétravail de jouir d’un droit à la déconnexion, et ce sans aucune explication de sa part. Mais cette loi n’est effective qu’à condition que les heures convenues soient respectées et que la déconnexion se fasse en dehors de ces horaires « ouvrables ».

S’organiser pour bien équilibrer

À cause de la situation complexe, les salariés en télétravail comme les traders peuvent se retrouver face à un grand débordement. Il peut en effet sembler difficile de retrouver l’équilibre parfait entre les diverses responsabilités familiales et professionnelles. La seule solution à cet excédent des charges est la mise en place d’une meilleure organisation. Ainsi, planifier ses activités à entamer quotidiennement reste la meilleure des initiatives à prendre.

Lors de vos heures de travail, pensez à laisser de côté toutes les activités qui ne sont pas du même domaine. Sport, ménages, et autres missions connexes devront être mis à l’abri de vos objectifs professionnels. Afin de faciliter la concentration, il sera nécessaire de diviser vos buts principaux liés au travail en de petites tâches intermédiaires. Cette technique vous permettra d’apprécier les progressions faites à chaque mission réalisée.

De plus, il sera primordial de miser sur une planification réaliste, qui peut être effectuée en une journée. En fonction de la pertinence des activités, il est important de commencer par ceux qui sont certes contraignants, mais primordiaux, et avancer petit à petit vers les activités de détente et plus faciles au cours de la journée. En vous organisant ainsi, vous trouveriez le rythme et l’équilibre parfait entre vos différentes responsabilités.

Comment tenir le coup et la pression de la Bourse ?

Pour beaucoup, la période de confinement peut être un passage difficile. Garder le rythme est cependant un point crucial pour arriver à rester productif. Avec l’enfermement et la pression liée au travail et la famille, il peut sembler amplement difficile de tenir le coup. Le conseil que les experts octroient dans de tels cas est d’essayer de se munir d’un planning qui altère travail et détente. Après les heures passées en travail à distance, vous pourriez envisager à réfléchir à des activités personnelles qui permettront de vous relaxer. Pensez ensuite à les ajouter à vos routines quotidiennes.

Si vous avez souscrit à un crédit immobilier, rien ne vous oblige à souscrire à une assurance employeur au sein du même établissement.

Le principe de la délégation d’assurance, mis en place par trois lois successives, permet aux emprunteurs de sélectionner l’établissement d’assurance de leur choix, pour peu que certains critères soient respectés.

Tous les détails dans cet article.

Principe de la délégation d’assurance

La délégation d’assurance est un concept fondamental, qui permet aux emprunteurs de ne pas être lié à leur établissement de crédit pour leur assurance prêt immobilier.

Les établissements de crédit présentent parfois la souscription à une assurance emprunteur au sein de leur propre établissement comme une étape obligatoire.

Pourtant, rien n’impose aux emprunteurs de souscrire à une assurance au sein de l’établissement où ils ont souscrit à un crédit immobilier.

Les établissements de crédit n’ont en aucun cas l’exclusivité sur l’assurance emprunteur de leurs adhérents.

Avant la Loi Bourquin, deux lois successives ont été votées pour mettre en place ce concept de délégation d’assurance :

  • La Loi Lagarde a été promulguée le 1er juillet 2010. Elle porte sur plusieurs points tendant à fluidifier les relations entre les banques et les adhérents. La délégation d’assurance est une des mesures phare de la Loi Lagarde. Elle permet aux assurés de souscrire à une assurance emprunteur en dehors de leur établissement de prêt.

Une condition essentielle doit néanmoins être remplie : La garantie du contrat choisie doit être au moins équivalente à celle que propose l’établissement de crédit.

L’établissement de crédit est en droit de refuser votre choix s’il peut établir la preuve que les garanties proposées ne sont pas suffisantes.

La loi Lagarde permet donc de faire jouer la concurrence en comparant les différents acteurs du marché, et de ne pas être lié à un établissement spécifique. Elle remet donc l’emprunteur en position de force.

  • La Loi Hamon a été promulguée en 2014. Elle permet aux assurés de résilier leur contrat d’assurance emprunteur pendant toute la première année de leur contrat, sans justificatif, avec un préavis de quinze jours.

Là encore, le principe de l’équivalence des garanties s’impose : si votre actuel établissement parvient à prouver que les garanties de votre nouvel établissement ne sont pas équivalentes aux siennes, alors il est légalement en droit de refuser votre résiliation de contrat.

Pour accéder à cette Loi, quelques étapes s’imposent : Dans un premier temps il vous faudra adhérer à votre nouvel établissement (le plus souvent en répondant simplement à un questionnaire médical) ; puis vous pourrez adresser à votre établissement une demande de résiliation de contrat par lettre recommandée. Enfin, vous recevrez une demande d’acceptation de votre actuel établissement de crédit, et votre nouveau contrat pourra donc prendre effet.

Les innovations de la Loi Bourquin

La loi Bourquin, entrée en vigueur le 22 février 2017, renforce encore le dispositif : les assurés peuvent désormais résilier leur contrat d’assurance emprunteur chaque année à la date anniversaire de la signature de leur contrat.

Attention, il faut pour cela respecter un préavis de deux mois, et donc faire votre demande dix mois maximum après la date anniversaire précédente de la signature de votre contrat. Vous devez ensuite envoyer les documents de substitution de contrat à votre établissement de crédit. Celui-ci a dix jours pour vous adresser une réponse.

A présent, à vous de faire jouer la concurrence !

Commençons par une courte présentation de Fortuneo. La société créée en 2000 ne propose pas de service de banque en ligne à sa naissance. Elle est avant tout une société de courtage. Elle s'appellera même brièvement ProCapital durant l’année 2001.

Sous l’impulsion d’Aviva son principal actionnaire, Fortuneo poursuit une croissance externe rapide pour rapidement se retrouver à plus de 300 000 clients sur l’hexagone. Aujourd’hui la société fortuneo s’est diversifiée avec la possibilité d’ouvrir livret d’épargne, compte courant ou encore de réaliser du crowdfunding avec son service Smart Angels.

Fortuneo est donc une société très active et résolument tournée vers les nouvelles technologies. Coeur d’activité historique de la société, où en est aujourd’hui leur offre de courtage ?

Des frais de courtage faibles

Comme en atteste les commentaires sur le site de bnains.org l’offre fortuneo Bourse propose des tarifs hautement compétitifs aussi bien pour les traders actifs que pour les débutants. On peut notamment noter :

  • L’absence de droit de garde
  • La gratuité des frais de tenue de compte
  • Les frais d’inactivité absent sur la plupart des offres

Avec des frais sur les ordres de Bourse allant de 0€ pour les débutants peu actif à 0,12% pour les investisseurs passant plus de 30 ordres par mois l’offre de Bourse de fortuneo est adaptée à tous les profils.

4 offres pour autant de profils de boursicoteur

Plusieurs offres vous sont proposées par le courtier en ligne Fortuneo:

  • 0 courtage: l’offre d’excellence pour débuter en Bourse. Pour les deux premiers ordres c’est bien simple on ne paie pas. Attention à la nécessité d’avoir un encours de 50k€ sur votre compte-titres.
  • Trader Actif: Comme sont nom l’indique vous êtes ici soumis à un minimum de 90 ordres par mois sous peine d’écoper de frais d’inactivité. Les tarifs sont intéressants si vous êtes un investisseur régulier.
  • Optimum: Plutôt réservée pour les traders passant des ordres de valeures moyennes et dont l’activité est faible.
  • Trader 100 ordres: On pourrait parler d’offre pour trader superactif. Les frais de courtage chutent drastiquement mais des frais s’appliquent aussi si vous ne respectez pas le minimum de 300 ordres par trimestre. Attention donc lors du choix de votre offre.

Pour voir les tarifs en détail nous vous conseillons de vous rendre sur la page des tarifs de l’offre Bourse de Fortuneo.

Une offre Bourse complétée par de nombreux produits financiers

Fortuneo propose aussi à ses clients de nombreux SICAV et Fonds d’investissements. La société annonce ainsi plus de 9000 fonds. 1400 fonds partenaires sont éligibles au PEA et sont à tarif négocié. Vous trouverez un ensemble de fonds aussi bien pour votre compte-titres que pour votre PEA, PEA-PME ou pour l’assurance vie de Fortuneo nommée Fortuneo Vie. 700 fonds ont même des frais d’entrée à 0% ce qui permet de diversifier son portefeuille à moindre coût.

Enfin Fortuneo propose des produits spécifiques pour défiscaliser tel que des FCPI avec des sélections de PME non côtées. A ces produits viennent s’ajouter les SCPI qui permettent un accès facilité à l’immobilier d’entreprise. Secteur en plein boom en 2018.

Une plateforme efficace et des conseillers à l’écoute

Pour clôturer notre présentation de la société de courtage Fortuneo parlons brièvement de leur plateforme ainsi que de leur service clientèle.

Pour ce qui est de la plateforme, Fortuneo propose comme la plupart de ses concurrents un flux d’actualité continue ainsi que les cotations en temps réel. On notera la présence de l’outil d’aide à la décision live trader pour les clients qui est appréciable.

Côté service clients, les conseillers clientèle sont disponibles de 8h du matin à 22h. Un amplitude très large qui permet une joignabilité maximale.

En conclusion nous pouvons dire que l’offre Bourse de Fortuneo est complète et à su s’adapter au fil des années aux besoins des investisseurs.

Comme dans toute autre activité qui nous intéresse, avant d'entrer en bourse, il faut s'informer des éléments qui la composent, de son fonctionnement et de la communauté qui en fait partie et bien sur des lois qui régissent l’activité.

Il faut aussi rester bien clair sur les raisons qui nous pousse à nous lancer. Fixer ses objectifs d'investissement dès le départ est très important pour ne pas perdre la tête et se laisser griser par le succès. En bourse il faut réagir rapidement et garder la tête froide avant tout.

1. Une bonne gestion de ses finances personnelles

Avant de faire tout type d'investissement boursier, il est nécessaire d’apprendre à gérer ses finances personnelles, c'est-à-dire qu’il faut savoir gérer votre budget de manière disciplinée et constante.

Savez-vous réaliser un budget mensuel en tenant compte de votre revenu et vous y tenir ? Savez-vous combien vous devez gagner à l’année pour prévoir l’achat d’un appartement dans les 10 prochaines années ? Il est très important de bien gérer son capital avant de vous lancer en bourse sous peine de perdre beaucoup d’argent rapidement. Rappelez-vous qu'une fois que vous commencez à investir, vos investissements deviendront une nouvelle part de votre budget mensuel qu’il faudra savoir classer.

Le net regorge de pépites pour vous aider à apprendre à gérer vos investissements. Pour bien gérer votre patrimoine, vous pouvez regarder des blogs comme mediafinances.net ou controledegestion.org qui offrent tout deux, de nombreux conseils pour apprendre à investir mieux ou plus généralement à entreprendre.

2. Demander conseil autour de vous, mais pas trop souvent

Pour former un portefeuille d'investissement varié, il est nécessaire que vous sachiez les mécanismes avec lesquels fonctionne le marché boursier. Il existe plusieurs institutions financières, telles que des banques et des maisons de courtage, qui ont des conseillers spécialisés, qui vous aideront à connaître les risques auxquels vous êtes exposés si vous souhaitez investir, ainsi que le temps nécessaire pour que vos investissements produisent les fruits que vous souhaitez...

En outre, ils vous conseilleront de placer votre argent dans les meilleurs investissements. Rappelez-vous qu'une partie de l'argent que vous allouez aux investissements ira aux services de conseis que vous utilisez. Rien n’est gratuit après tout.

3. Connaissez votre profil en tant qu'investisseur

Selon le temps que vous souhaitez consacrer à la gestion de vos placements et au risque que vous souhaitez assumer au moment de l'investissement, vous allez devoir décider votre profil investisseur. Êtes-vous un investisseur passif, avec lequel vous devrez consacrer 4 ou 5 heures mensuelles à la gestion de votre portefeuille ou un investisseur chevronné ?

Si vous êtes un investisseur actif, vous devrez consacrer au moins 6 heures par semaine à la gestion de vos actifs, et votre profil de risque sera élevé, avec ce que vous pourriez investir dans des actions et des devises.

4. Définissez vos objectifs d'investissement

Une fois que vous avez organiser vos finances personnelles et déterminé votre profil d'investisseur, vous devez savoir comment investir en bourse. Sans objectifs d'investissement, il est très difficile de se lancer. Comme tout investissement (acheter une maison, une voiture etc..) il faut prévoir et anticiper les risques.

Avec un objectif précis en tête, vous éviterez de prendre des décisions à la légère et vous saurez réagir plus rapidement et vous fixer de nouveaux objectifs avec de nouveaux investissements.

5. N'investissez pas tous vos actifs

Même si vous avez décidé que votre profil de risque au moment de l'investissement est élevé, c'est-à-dire que vous pouvez tolérer les fluctuations des cours des actions que vous avez acquises, il est déconseillé d'allouer tous vos actifs à la bourse.

La bourse doit rester secondaire. Ce n’est pas parce que le bitcoin a de valeur qu’il ne va pas dégrigoler aussi vite.. Pour éviter tout risque d’addiction, il faudra allouer un montant fixe mensuel avec des objectifs clairs.